Rechercher

Le rôle oublié de la “pittima”

Au moins une fois dans votre vie, on vous a peut-être dit <<Ne sois pas une pittima>>.

L'origine du terme est liée à une figure typique de la scène sociale des derniers siècles de la Sérénissime.



Le même chiffre était également présent dans la République maritime de Gênes. Il s'agissait d'une personne payée pour suivre ceux qui avaient une dette impayée. La filature constante était accompagnée de gémissements, de cris et de râles. La victime avait l'habitude de gémir et de crier sans arrêt, en suivant le malheureux débiteur. Grâce à la pression et à l'humiliation publique, le débiteur a été contraint de payer ses factures. En fait, la victime a été immédiatement reconnue : habillée en rouge, elle s'est assurée que tout le monde était au courant de la dette, augmentant ainsi l'embarras d'être suivie. La pittima avait donc un rôle à la fois social et moral.

Un tel personnage appartenait aux rangs des marginaux, des indigents. Le Doge avait développé un système d'assistance sociale par lequel il fournissait des cantines spéciales et des foyers pour les personnes dans le besoin. En échange de ces faveurs, les personnes dans le besoin devaient endosser le rôle de pittima, qui était considéré comme une véritable profession à l'époque. Afin de protéger ces misérables individus, qui exerçaient l'un des métiers les plus ennuyeux de l'histoire, il existait un système bien pensé ; en effet, si la personne traquée causait un préjudice à la pittima, elle était condamnée. De cette manière, les comptes ont été réglés et le nom de la République a été maintenu haut. Les débiteurs défaillants ont été découragés et le système économique a été protégé. Il s'agissait donc d'un système complet, parfaitement intégré dans la structure sociale vénitienne.

Cette profession était destinée à finir dans l'oubli, après le crépuscule de la Sérénissime, dont les legs somptueux nous invitent à découvrir, à vivre ce que fut la Confrérie vénitienne et son esprit lointain, un produit que nous souhaitons partager avec vous.




0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout