Rechercher

Le philosophe au jugement fin


Dans les années 1500, il y avait un homme de Padoue qui était philosophe, homme de lettres et élève de Pomponazzi à Bologne : un certain Sperone Speroni.




Tout au long de sa vie, il aurait nourri le culte de son maître, mort dans la lointaine année 1525, faisant de lui une sorte d'idole interlocutrice de nombre de ses écrits ; les Pomponazzi et les Bembo auraient été les phares de la jeunesse de cet homme illustre. Dans son existence, Speroni était destiné à devenir rien de moins que l'un des professeurs les plus importants que l'Université de Padoue ait jamais eu dans toute son histoire, ainsi qu'à rester dans les mémoires comme un ardent défenseur du "vulgaire".


Cet homme aurait occupé de nombreuses fonctions publiques au fil des ans à Padoue. Comme si cela ne suffisait pas, il a même été l'un des fondateurs de l'Accademia degli Infiammati de Padoue, qui a eu une telle importance dans la diffusion et la défense de la langue vernaculaire dans le reste de la péninsule italienne, en gardant la ligne du cher bon vieux Bembo. En raison de ses compétences exceptionnelles en tant que critique érudit et sévère, Speroni devint recherché par la plupart des écrivains de son temps, qui souhaitaient obtenir son jugement.


Même Torquato Tasso lui soumet son célèbre ouvrage "Gerusalemme Liberata" pour révision, mais à cette occasion, le sage philosophe n'est pas tout à fait juste. Plusieurs traités seraient nés au cœur de la ville de Padoue, qui auraient été largement diffusés tout au long du XVIe siècle et conçus à partir du jugement de l'unique, de l'incomparable Sperone Speroni, au cœur de cette ville merveilleuse.


Aujourd'hui encore, Padoue ne cesse de faire tomber amoureux quiconque s'en approche, y entre et se perd dans ses rues et ses places opulentes. Un miroir, celui de la beauté padouane, que nous voulons placer devant vous ; contemplons-le ensemble...




0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout